L’ile de la Réunion : 10 jours pour découvrir l’ile sous toutes ses facettes

Covid oblige, les destinations pour partir en voyage étaient assez limitées. Si l’ile de la Réunion ne faisait pas forcément partie du top 10 des endroits que nous rêvions de visiter, elle cochait en réalité pas mal de critères : du beau temps en janvier (30° degrés tous les jours), une destination facile d’accès (un test PCR négatif uniquement à moment de notre départ) et un large panel d’activités à faire sur l’île. Et quelle belle surprise ! On a tout simplement adoré cette île d’une richesse incroyable.

Infos pratiques

L’ile de la Réunion se trouve juste à côté de Madagascar, à 11h de vol de Paris (3 heures de décalage horaire).

L’ile fait 72km de long sur 51 de large, il est donc indispensable de louer une voiture. Il faut aussi être conscient que l’île est loin d’être plate (son point culminant se trouve à 3060m d’altitude) ce qui allonge grandement le nombre de kilomètres ! Le centre de l’île est composé de trois cirques : Salazie, Mafate et Cilaos, ce qui offre des multitudes de randonnées en montagne, auxquels s’ajoute le Piton de la Fournaise, le volcan actif de l’île situé au sud.

Où se baigner ?

Les plages

Il n’est pas possible de se baigner partout à la Réunion et pour cause : les attaques de requin sont fréquentes. Par exemple, il n’y a aucune plage à l’est de l’île. Par chance, la barrière de corail s’étend sur 25 kilomètres à l’ouest, ce qui forme un lagon où il est possible de se baigner. Quelques plages au nord de l’île sont protégées par des filets et au sud, plusieurs bassins aménagés permettent aussi de se baigner en sécurité.

Le plage de l’Hermitage, longue de 7 kilomètres, est un bon endroit pour profiter de l’océan. Des pins longent la plage, ce qui permet de trouver de l’ombre sans problème. C’est aussi un très bon endroit pour faire du snorkelling. Il y a en effet beaucoup d’espèces de poissons différentes et nous en avons pris plein les yeux. Nous avons aussi observé des poulpes ! Et si vous êtes chanceux, vous apercevrez peut-être l’une des deux tortues qui ont élu domicile dans le lagon. Le lagon est plus ou moins bien conservé selon les endroits. Le meilleur endroit que nous avons pu tester pour faire du snorkelling se trouve au nord du lagon, très précisément entre les restaurants le Cap Méchant et le Bénitier. Là-bas, le corail est plutôt bien conservé (attention donc où vous posez les pieds pour ne pas l’endommager).

La plage de Grande Anse, plus au sud de l’île, nous a aussi beaucoup plu. Très différente du lagon, on est ici sur une plage bordée de palmiers et entourée par les falaises. Une petite balade sur les hauteurs des falaises permet d’ailleurs d’accéder à un joli point de vue sur la plage. Pour cela, garez-vous sur le tout premier parking à gauche le long de la route qui descend vers la plage. La plage de Grande Anse dispose d’un bassin aménagé : de gros rochers forment un espace de 120m de long protégé des requins. Etonnement, ce bassin est aussi un très bon spot de snorkelling, où nous avons pu voir des bancs entiers de poissons. L’espace est certes plus restreint que le lagon, mais cela vaut quand même le détour.

Les cascades

La Réunion compte d’innombrables cascades, plus jolies les unes que les autres. Il est possible de se baigner dans plusieurs d’entre elles. Les plus connues (et à raison !) sont les cascades Langevin situées dans le sud est de l’île. Les cascades Langevin regroupent trois cascades situées le long de la rivière Langevin : la cascade de Grand galet, la cascade du Trou noir et la cascade Jacqueline. Nous vous conseillons de commencer par Grand galet (la plus en amont) et redescendre ensuite, les trois étant accessibles en voiture. Il n’est pas possible de se baigner à Grand galet, mais c’est la plus spectaculaire. A voir absolument.

A Trou noir, le cadre aussi est magnifique et c’est super pour se poser et passer l’après-midi car il y a pas mal d’espace pour s’installer. L’eau y est d’une clarté assez impressionnante ! Comptez 500m de marche pour rejoindre la cascade depuis les voitures. Deux chemins permettent d’y accéder, privilégiez celui au dessus du pont qui donne accès à une petite plage. Le chemin est très bien indiqué sur Maps.me.

Enfin, la cascade Jacqueline est un peu moins pratique pour poser sa serviette mais l’eau y est nettement plus chaude.

Nos plus belles randonnées

Si vous êtes amateurs de randonnées, vous allez adorer la Réunion. L’île possède un nombre incroyable de chemins de randonnées et il y en a pour tous les goûts et tout les niveaux. Le site internet à avoir toujours à portée de main est sans conteste Randopitons. Ce site recense toutes les randonnées à faire sur l’île et il est possible de filtrer par région / difficulté / intérêt / nombre de kilomètres / durée etc. Nous l’avons utilisé pendant tout notre séjour et nous partageons donc pour chaque randonnée le lien vers Randopitons pour que ce soit plus simple pour vous.

L’ascension du volcan : un incontournable

Situé au sud de l’île, le piton de la Fournaise fait partie des volcans les plus actifs de la planète. Mais rassurez-vous, il est tout à fait possible et sans danger de le gravir lorsqu’il n’y a pas d’éruption en cours. Un chemin balisé permet d’atteindre son sommet, depuis le Pas de Bellecombe.

Pour notre part, nous avons décidé de faire l’ascension de nuit, à la frontale. Il y a plusieurs avantages à cela. Tout d’abord, vous arrivez pour le lever du soleil et c’est absolument magnifique (rien que cela, c’est une raison suffisante).

La descente est toute aussi intéressante car vous découvrez tout le chemin parcouru dans le noir, ainsi que d’autres petits cratères aux abord du volcan. Vous ne risquez pas de vous lasser de cet aller-retour.

Autre point non négligeable, vous ne souffrez pas de la chaleur pendant l’ascension (plus votre condition physique est moyenne, plus vous nous encourageons à faire l’ascension à la fraiche).

Enfin cela vous évite de finir dans les nuages. En effet, à la Réunion, les nuages montent très vite (dès le milieu de la matinée) et peuvent facilement vous gâcher complètement la vue. C’est d’ailleurs pourquoi il est en général déconseillé de faire des randonnées l’après-midi. Ce serait dommage de monter tout ça et de finalement ne rien voir.

Nous sommes partis du Pas de Bellecombe à 3h du matin, pour une ascension en 1h45 avec un rythme soutenu, pile à l’heure pour les première lueurs. Si vous décidez, comme nous, de faire l’ascension de nuit, prévoyez des vêtements chauds pour l’attente au sommet. Il faisait environ 10°c.

Pour les plus sportifs : l’ascension du plus haut sommet de l’Océan indien

Si vous avez aimé l’ascension du volcan et que vous en redemandez encore, l’ascension du Piton des neiges devrait vous plaire. D’ailleurs c’est plutôt une bonne idée de commencer par le Piton de la Fournaise pour tester votre condition physique. Si vous trouvez le volcan difficile, alors vous risquez de ne pas prendre de plaisir à faire l’ascension du Piton des neiges et il faudra sûrement vous orientez vers des randonnées plus accessibles.

Il n’y a pas à dire, le Piton des neiges, c’est le niveau au dessus : 1700m de dénivelé positif pour atteindre le sommet culminant à 3060 mètres d’altitude. En soit, la randonnée n’est pas spécialement technique : le chemin est très bien tracé et il s’agit pour 80% du trajet de marches à monter. Ce qui est difficile, c’est clairement le dénivelé et l’absence de plat.

L’ascension se fait en 5h20 selon les panneaux. Nous avons pour notre part mis 3h45 avec en plus une bonne heure de pause au gîte. En effet, aux deux tiers du parcours se trouve un gîte où il est possible de faire une halte. Certains font d’ailleurs la randonnée sur deux jours, ce qui permet de se reposer une bonne nuit au gîte (à noter tout de même que les avis sur cet hébergement ne sont pas très positifs). Cette halte au gîte nous a permis de reprendre des forces et d’appréhender la fin de la montée plus facilement. Nous vous conseillons donc vivement de la prendre en compte dans vos calculs. Pour notre part nous avons commencé la randonnée à 23h.

1h30 avant le lever du soleil, nous quittons le gîte pour la dernière partie de l’ascension. Nous sommes une soixantaine de randonneurs et les lumières des frontales dansent en file indienne dans l’obscurité. Etrangement, le monde ne nous a pas spécialement dérangé. Cela fait même un peu partie de l’ambiance. Une fois arrivés au sommet, c’est l’émerveillement et la fierté d’avoir accomplit ce défi sportif ! Petit à petit, nous découvrons cette vue 360 sur l’ile, sur l’océan qui l’entoure et sur les trois cirques : Cilaos, Mafate et Salazie.

Nous avons été particulièrement chanceux avec la météo : aucun nuage à l’horizon et très peu de vent, ce qui nous a permis de bien supporter les températures au sommet. Couvrez-vous bien tout de même.

Vient ensuite la descente. Interminable. A descendre ces centaines de marches, nous avons vite les genoux en compote. Nous finirons par descendre en courant, ce qui a le mérite d’abréger nos souffrances ! Un avantage tout de même, le chemin est très ombragé, nous n’avons donc pas souffert de la chaleur.

Vous l’aurez compris, si vous en avez la condition physique, nous vous recommandons chaudement cette ascension, tant pour le défi sportif qu’elle représente que pour la vue qu’elle offre au sommet.

A l’est : le Trou de fer et la cascade Blanche

Le trou de fer est un autre incontournable de l’île : il s’agit d’une impressionnante cascade plongeant dans un profond gouffre de 300 mètres. La totalité de la cascade s’étend sur plus de 700m de dénivelé, ce qui en fait l’une des plus hautes chute d’eau du monde !

La cascade n’est pas accessible à pied mais il est possible de l’observer depuis plusieurs points de vue. Seulement, cela se mérite ! En effet, si vous arrivez trop tard au point de vue, le trou sera plongé dans les nuages et vous ne verrez absolument rien. Pour notre part, nous sommes arrivés à l’observatoire à 10h et avons eu la chance d’avoir une vue dégagée pendant 2 minutes (littéralement), après cela, c’était fini pour la journée. Tablez plutôt sur une arrivée au belvédère pour 9h (voire plus tôt). Deuxième mise en garde s’il a plu les jours précédant votre balade : ne faites pas comme nous et ne prenez pas le chemin « un peu boueux », comme le précise la pancarte d’avertissement à l’entrée du chemin. Il s’agit en réalité d’un marécage, nous avons pataugé dans la gadoue tout du long (nos pieds s’enfonçaient jusqu’en haut des chevilles) ! Certes, cela fait des souvenirs, mais privilégiez plutôt la piste, vous nous remercierez. C’est une randonnée facile, accessible pour tous. La vue depuis le Gite de Bélouve, au départ de la randonnée, vaut aussi le détour.

Une autre jolie balade que nous avons fait dans le cirque de Salazie est celle de la cascade blanche, une cascade de 640 mètres de haut. Cette randonnée à l’avantage d’être courte et pourtant de s’approcher assez près de la cascade. C’était verdoyant et très impressionnant.

Et voilà pour les randonnées que nous avons pu faire. Nous aurions aussi adoré découvrir Mafate, tant ce cirque nous a été recommandé pour toutes les personnes que nous avons rencontré. Mafate est le cirque le plus préservé de la Réunion car privé de routes. Découvrir Mafate est aussi une expérience humaine puisque vous partirez à la rencontre de ses habitants qui y vivent totalement isolés du reste du monde. Malheureusement pour nous, un cyclone en approche est venu contrer nos plans. Une bonne excuse pour revenir !

Autres jolis endroits à découvrir sur l’ile

A l’est

Si vous faites la randonnée de la cascade blanche, profitez en pour vous rendre ensuite jusqu’à Hell Bourg en voiture. C’est un joli village créole (le seul ?) plein de charme. Quelques centaines de mètres avant l’entrée du village, vous aurez un joli point de vue sur le cirque de Salazie sur la droite.

Une fois au village, faites un petit détour par le cimetière, très fleuri et plein de charme !

En vous rendant à HellBourg, vous passerez aussi devant le voile de la mariée, une des cascades les plus connues par les touristes. Pour notre part, nous n’avons pas spécialement compris l’engouement (peut-être car elle est juste à côté de la route ?). La cascade blanche la vaut mille fois.

Au sud

Au sud de l’ile se trouve la très connue route des laves. En effet, lors des éruptions passées du Piton de la Fournaises, d’importantes coulées de lave se sont faites vers le sud de l’ile. Il est donc possible de parcourir en voiture cette zone et de s’arrêter aux différentes coulées de lave, celles de 2004 et 2007 étant les principales. Bon certes c’est assez impressionnant quand on y pense et ça fait partie des choses à voir, mais nous n’avons pas été spécialement transcendés par cette route.

Si vous êtes un peu juste niveau timing, nous vous conseillons donc de faire l’impasse dessus. Si néanmoins vous parcourez la route des laves, rendez vous jusqu’à l’église Notre Dame des Laves, qui a miraculeusement été épargnée par la lave.

Sur le retour, arrêtez-vous à l’Anse des cascades. C’est un super endroit pour pique-niquer ou pour faire une petite sieste à l’ombre d’un palmier puisqu’il y en a des dizaines.

Vous pouvez ensuite faire plusieurs arrêts le long de la côte en remontant pour y découvrir un sud plus sauvage. Arrêtez-vous par exemple à la plage des Sablons ou à Cap méchant pour voir les falaises noires se mêler à l’océan agité.

Au centre

Sur la route pour se rendre au Piton de la Fournaise, il y a plusieurs belvédères qui valent le coup de s’arrêter, en particulier le Nez de Boeuf. Un vrai coup de coeur !

Pas très loin se trouve aussi le très joli belvédère de Bois-court. C’est aussi le point de départ d’une randonnée permettant de se rendre à la cascade de Grand bassin que l’on aperçoit en contre-bas.

Où manger ?

La Réunion compte beaucoup de spécialités culinaires : le Rougail saucisse, le Cari poulet, les bouchons, les bonbons piments etc. Voici quelques endroits que nous avons particulièrement appréciés :

  • La case volcan à Saint Philippe. Ce restaurant se trouve sur la route des laves, au sud de l’île. De manière assez originale, il est là-bas possible de goûter tous les plats et jus à la carte avant de commander ! C’est super pour découvrir les différents plats typiques si vous venez d’arriver. Leur rougail saucisse et leur jus de goyavier étaient excellents. Pensez à réserver.
  • Il est aussi très commun de prendre à emporter dans ce que les Réunionnais appellent des barquettes. Le prix du plat est en général divisé par deux par rapport à un service en salle. C’est plutôt sympa lorsque vous vous trouvez près de la plage pour pique-niquer au bord de l’eau. Nous vous recommandons par exemple Chez Rosa, près de l’Hermitage.
  • Moins connues par les métropolitains, les macatias sont des petits pains sucrés typiques de la Réunion que l’on peut trouver dans toutes les boulangeries. Il y en a pour tous les goûts : chocolat, coco chocolat (très bon), fromage etc. Pour en avoir testé pas mal, nos préférées sont celles de chez Loulou, la boulangerie emblématique de Saint Gilles.
  • Profitez-en aussi pour faire le plein de fruits ! Mangues, litchis, fruits de la passion, ananas, bananes … Vous pourrez en trouver sur les marchés (Saint Pierre et Saint Paul sont deux très beaux marchés) ou même au bord des routes où beaucoup installent un petit stand.
  • Et si vous avez envie d’un endroit sympa pour boire un cocktail au coucher de soleil ou manger les pieds dans le sable, on vous recommande le Sauvage.

Où loger ?

Afin de limiter les temps de trajet nous avons choisi de prendre deux logements : un à l’est de l’ile à Saint André (pour deux nuits) et l’autre au sud-ouest au Tampon (pour le reste de notre séjour) et nous pensons que c’était un choix judicieux. Le Tampon a l’avantage d’être sur la route pour se rendre au Piton de la Fournaise et au Piton des Neiges, ce qui a permis de ne pas avoir à se lever trop tôt pour les randonnées. Loger à Etang salé peut aussi une bonne option, un peu plus proche des plages.

Si c’était à refaire, nous chercherions peut-être un logement avec piscine pour l’est de l’île. En effet, comme il n’y a pas de plage sur ce côté-ci de l’île, cela peut être agréable de pouvoir piquer une tête en fin de journée.

Nous espérons que cet article vous a plu ! Si les DOM-TOM vous intéressent, n’hésitez pas aussi à aller lire nos articles sur la Martinique ici et ici.

Laisser un commentaire