Parenthèse nature : au coeur des Dolomites, dans le nord de l’Italie

Cela faisait un petit moment que l’idée nous trottait dans la tête : découvrir les Dolomites, ses montagnes, sa verdure et ses jolis lacs. Alors quand les frontières se sont rouvertes, ni une ni deux, nous avons réservé un van pour partir à l’aventure !

Bon, tout ne s’est pas vraiment passé comme prévu. Le propriétaire du van ne s’est jamais présenté sur les lieux du rendez-vous, mais il en faudra plus pour nous décourager ! Nous nous sommes donc rabattus sur la location d’une voiture et de plusieurs Airbnb en dernière minute et nous voilà partis !

Comment et quand se rendre dans les Dolomites ?

Nous sommes arrivés en train à Milan. Bolzano, la ville principale des Dolomites se trouve ensuite à 3h30 en voiture. Vous pouvez aussi choisir d’arriver à Venise située à 2h au sud des Dolomites.

Pour notre part, nous étions dans les Dolomites la première semaine de juin. A notre grande surprise, il y avait encore beaucoup de neige lorsque nous montions un peu en altitude. C’est ainsi que, pour toutes les randonnées que nous avons faites, nous finissions, à un moment ou à un autre, les pieds dans la neige. Alors peut-être que cette année était assez exceptionnelle, mais, dans le doute, nous vous conseillons plutôt de partir fin juin : après la fonte des neiges mais avant la foule. De plus, la végétation aura commencé à verdir et fleurir, là où pour nous il était encore un peu tôt.

Concernant la durée du voyage, comptez une semaine si vous voulez avoir le temps d’avoir un bon aperçu de la région et de faire quelques randonnées. En 10 jours, nous avons eu le temps de visiter les Dolomites et de passer deux jours à Venise et Vérone sur la route du retour.

Itinéraire

Voici les principaux lieux où nous nous sommes arrétés dans les Dolomites : quelques randos, pas mal de lacs et deux jolies petites villes. Nous aurions aussi aimé faire la randonnée de Cinque Torri qui est apparemment magnifique, mais l’endroit était inaccessible car encore enneigé.

Bolzano, la ville principale de la région

Nous commençons notre séjour à Bolzano, la ville principale des Dolomites. Le centre ville est pratiquement entièrement piéton, il est donc très agréable de s’y promener.

Nous sommes surpris de voir qu’ici la langue principale n’est pas l’italien, mais l’allemand ! Tous les commerçants nous parlent en allemand et la nourriture aussi est davantage allemande qu’italienne. Ce n’est donc pas là que vous gouterez les meilleures pizzas et tiramisus de votre vie (quel dommage !). Ici, c’est plutôt choucroute, dumplings et bières bien sûr.

Ceci dit, la région est aussi connue pour son vin ! Bolzano est d’ailleurs entouré par les vignes. Nous vous conseillons le caviste 1000 e un vino à Bolzano qui avait une très bonne sélection de vins de la région.

Le bleu du lago di Carezza

Après nous être restaurés à Bolzano, nous dirigeons vers le lac de Carezza situé à une trentaine de minutes en voiture. Ce sera le premier lac d’une longue série et celui-ci vaut clairement le détour. Le lac est bordé par la forêt ; les montagnes encore enneigées apparaissent au fond et l’eau est d’un bleu saisissant.

Ce lac est très facilement accessible car la route passe juste au dessus et un parking se trouve à côté de l’entrée. Il est possible de faire le tour du lac à pied en une quinzaine de minutes.

Première randonnée : Seceda

Le lendemain, nous décidons de profiter de la grande journée ensoleillée pour faire la randonnée de Seceda, le célèbre flan de montagne semblable à une vague figée.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous pour y accéder, avec des randonnées plus ou moins longues. Pour notre part, nous décidons de faire cette randonnée de 17km histoire de découvrir aussi les alentours. Les explications sur le site ne sont d’ailleurs pas toujours très claires, nous nous sommes perdus au retour et sommes rentrés par un tout autre chemin (très sympa aussi). Merci Google maps de nous avoir ramenés à la voiture 😉

Nous garons donc notre voiture à Santa Cristina et prenons le télécabine du Col Raiser pour rejoindre le début de la randonnée. Si vous ne souhaitez pas payer 16€ par personne pour emprunter le télécabine (oui ça fait un peu mal aux fesses), sachez qu’il est tout à fait possible de monter à pied. Comptez alors 4km et environ 500m de dénivelé. Cela a été une grande source d’hésitation pour nous à base de « non mais c’est pas un peu tricher le télécabine ? », « on est sportif quand même non ? » mais ceci dit, une fois arrivés en haut, nous étions bien contents de ne pas avoir eu à tout monter à pied !

La randonnée est vraiment sympa, sans difficulté particulière (du moins, quand il n’y a pas de neige) et l’arrivée au sommet est spectaculaire. L’endroit parfait pour une pause pique-nique bien méritée avec une vue splendide sur la vague.

Les Piramidi di Terra, si vous avez le temps

Pas très loin de Bolzano se trouvent aussi les Piramidi di Terra. Il s’agit d’un phénomène naturel qui forme de manière assez surprenante des sortes de pyramides de terre avec l’érosion. Il ne s’agit pas de la chose la plus incroyable que nous ayons vu pendant notre séjour mais si vous êtes dans le coin, pourquoi pas s’arrêter. Les pyramides se situent à quelques dizaines de mètres de la route, l’accès est très facile. Il y a quelques places en bord de route pour se garer juste après le début du chemin (après le grand virage).

Stoaner Mandl : la randonnée mystique

Toujours dans le même secteur, ne manquez pas la très jolie randonnée des cairns. Cette balade d’environ une heure (aller-retour) vous amène à un petit sommet où trônent une centaine de cairns, ces petites pyramides de pierres jadis utilisées pour baliser les chemins. De là, dans cette ambiance un peu mystique, vous aurez un superbe panorama 360 sur les environs. Nous y sommes allés en fin de journée mais au lever du soleil cela doit être vraiment quelque chose ! En espérant que vous aurez plus de chance que nous, car nous nous sommes pris une belle tempête de grêle au sommet, on s’en souviendra !



Attention, le départ de la randonnée n’est pas forcément bien indiqué sur les GPS si vous tapez directement « stoaner mandl ». Renseignez plutôt l’hôtel Terra, un grand parking se trouve devant, c’est là que débute la randonnée.

Deuxième ville : Bressanone

Bressanone est la deuxième ville de la région. Nous l’avons visité un dimanche et la plupart des commerces étaient fermés mais ça reste une très belle ville. La place principale vaut le détour avec son joli duomo et son église.

Ne manquez pas non plus le couvent de Novacella, situé au nord de la ville, à quelques kilomètres du centre historique. L’entrée est gratuite, les lieux sont très bien entretenus et c’est très joli.

Après votre visite, nous vous conseillons de remonter la route Via Abbazia qui surplombe l’abbaye. Se trouve ici un joli spot photo avec les vignes qui entourent l’abbaye. 😉

Les jolies églises de San Giovanni et Santa Maddalena

Les églises de San Giovanni et Santa Maddalena sont les plus connues mais, de manière générale, les églises de la région sont particulièrement charmantes. Dans tous les petits villages où nous nous sommes arrêtés, l’influence autrichienne était visible sur les églises. 



L’église de San Giovanni est la plus réputée de la région car elle semble perdue au milieu des montagnes. Malheureusement, elle est victime de son succès et il faut payer pour s’en approcher et la visiter. Toutefois, on la voit aussi très bien depuis le point d’observation, qui lui est gratuit. 



L’église de Santa Maddalena est un peu moins connue mais elle se trouve à 5 minutes en voiture de celle de San Giovanni, il serait donc dommage de s’en priver. De plus, l’église se trouve un peu en hauteur, avec un superbe point de vue sur la vallée et les montagnes environnantes. 

 

Le Lago di Braies, le lac le plus touristique de la région

Qu’on se le dise : ce lac est absolument magnifique et vous ne pouvez pas passer à côté. Mais, il faut le savoir : ce lac est très (très) touristique. Certaines personnes font même l’aller-retour de Venise juste pour voir ce lac. Sachant cela, il faut donc se la jouer malin car, peu importe la période de l’année, il y aura du monde.


Nous sommes venus une première fois vers 12h et en effet il y avait plusieurs centaines de voitures garées sur les différents parking à l’entrée. Sachez d’ailleurs que plus vous vous garez proche, plus le stationnement est cher. Pour notre part, nous nous sommes garés sur le parking le plus éloigné (situé à environ 600m) qui, avant le 1er juin, est gratuit. Les deux autres parking en revanche étaient déjà payant. Alors certes, il y a du monde mais comme le lac est très grand et que l’on peut faire le tour à pied, la foule était bien dispersée. Nous avons donc quand même fait notre balade tranquillement (comptez une heure) et pique niqué au bord du lac.

Mais si vous voulez vraiment voir le lac sous son plus beau jour, faites comme nous et (re)venez le matin avant 9h ou le soir après 18h. Tout d’abord, il y aura beaucoup moins de monde mais surtout, les barques en bois ne seront pas dispersées aux quatre coins du lac. L’idée est donc d’être là en dehors de heures d’ouverture du loueur de barques pour pouvoir profiter vraiment de l’esthétisme du lieu et faire des jolies photos.

Le lago di Dobbiaco : parfait pour la pause goûter

A une vingtaine de minutes du lac des Braies se trouve le lac de Dobbiaco. Celui-ci est un peu moins touristique mais tout aussi joli. Là aussi, il est possible de faire le tour à pied.

Un bar snack se trouve au bord de l’eau et c’est un très bel endroit sans prétention pour boire un coup ou prendre une glace. Leur terrasse a une vue parfaite sur le lac et les montagnes et c’est très agréable de s’y reposer en fin de journée. On ne vous recommande pas forcément d’y manger en revanche.


D’ailleurs, petite astuce, au lieu de vous garer sur le parking payant en bord de route, vous pouvez vous garer gratuitement au parking du restaurant si vous consommez. Pour cela, longez le lac sur la droite, passez le petit pont et longez encore le lac sur quelques dizaines de mètres.

Un peu plus loin sur la route se trouve aussi le lago di Landro. Celui-ci est nettement moins beau mais de toute façon vous aurez l’occasion de passer devant en voiture car le lac se trouve en bord de route.

Tre cime di Lavaredo : LA randonnée phare des Dolomites

Les Tre cime di Laverado sont trois énormes roches en pics qui surplombent majestueusement la région. Une randonnée de 13 kilomètres et 635m de dénivelé positif permet d’en faire le tour. Le dénivelé assez faible la rend accessible à beaucoup et en fait une randonnée très prisée en haute saison.

Pour notre part, la neige en a un peu fait des siennes. Tout d’abord, le parking du refuge Auronzo, situé au départ de la randonnée, n’était pas accessible : la route y menant était fermée car encore complètement enneigée. Nous sommes donc montés à pied depuis le chalet Lago Antorno, situé 6 kilomètres plus bas du refuge. Une bonne mise en jambe !


Bon à savoir : cette route enneigée est une route privée. Lorsqu’elle est ouverte, un péage est présent et un paiement 30€ par véhicule s’applique. Si le prix exorbitant vous rebute, sachez donc que vous pouvez toujours décider de monter à pied ;). Un parking gratuit se trouve juste à côté du chalet Lago Antorno.

Une fois arrivé au refuge Auronzo, à 2300m d’altitude, la neige est bien présente. Seulement la moitié de la randonnée est ouverte : l’autre versant est encore complétement inaccessible à cause de la neige. Heureusement, cela nous permet quand même de rejoindre LE spot des Tre cime. C’est donc avec les pieds trempés mais heureux comme des enfants que nous atteignons ce point de chute pour un superbe pique-nique avec vue. Nous nous sentons minuscules à côté. On se rend bien compte sur la photo de la hauteur avec les deux randonneurs devant : 

Nous faisons ensuite demi-tour tranquillement, les paysages aux alentours sont d’ailleurs tout aussi incroyables.

Le lago di Misurina : à la Budapest hôtel

Après notre randonnée aux Tre Cime di Lavaredo, nous faisons un petit détour vers le lac de Misurina, situé à quelques kilomètres. 
Ce lac est connu pour son imposant hôtel qui se dresse au bord du lac. Avec les montagnes en arrière plan, le cadre est plutôt sympathique. Là encore, il est possible de faire le tour à pied. 

Le lago del Sorapiss : la randonnée du lac glaciaire

Dernière étape de ce périple dans les Dolomites : le lac de Sorapiss. Ce lac glacière est entouré par les montagnes et est surtout connu pour son bleu extrêmement pure. Manque de chance pour nous, le lac était encore gelé ! Nous vous invitons à aller sur Google Images pour voir le lac en plein été. On a forcément été un petit peu déçu de ne pas voir le lac bleu mais cela nous donne une bonne excuse pour revenir un jour. 😉 



Quoiqu’il en soit, même gelé, cette randonnée jusqu’au lac est un autre incontournable des Dolomites. En effet, ce n’est pas seulement le lac qui est beau mais tous les paysages que nous découvrons sur le chemin. Il s’agit d’une randonnée de 11,5km et 632 mètres de dénivelé positif. La randonnée n’est pas particulièrement difficile (sauf lorsqu’elle est encore enneigée) mais il y a quelques passages impressionnants si vous avez le vertige. 

 

 

Malgré la neige, nous avons pris une bonne claque en découvrant les Dolomites tellement la nature y est belle. Nous reviendrons c’est sur !


Sur la route du retour, nous décidons de nous arrêter à Venise puis à Vérone, histoire de quand même manger quelques bonnes pizzas ;). Si vous n’êtes jamais allés à Venise ou Vérone, alors ce serait dommage de vous en priver, on a adoré ! 

On vous quitte donc avec quelques photos de Venise et Vérone, à très bientôt ! 

2 Replies to “Parenthèse nature : au coeur des Dolomites, dans le nord de l’Italie”

  1. merci pour le reportage et bravo pour les photos. Bisous et bonne reprise du boulot à tous les deux.

  2. Encore de très belles photos … Vous donnez vraiment envie de découvrir les Dolomites. Merci pour le partage.

Laisser un commentaire